PASàPAS-KPF reprend l’infogérance des environnements SAP de Vallourec

tubes vallourec

Dans le cadre d’une stratégie de transformation de ses opérations, Vallourec passe de la régie aux services managés et se tourne vers le cloud.

Passer de la régie aux services managés et expérimenter la migration vers le Cloud.

Décidé à moderniser son infrastructure supportant ses environnements SAP, et au départ de compétences spécialisées sur ces plates-formes propriétaires, Vallourec a choisi de changer son fusil d’épaule en passant d’une gestion en interne, épaulée par des prestataires en régie, à un contrat de services managés. « Nous désirions que la continuité d’exploitation relève désormais de la responsabilité du prestataire, au travers d’un contrat associé à des SLA forts », résume Jean-Luc Bertrand, responsable France des infrastructures en charge du projet de transformation en services managés de l’industriel. Déjà présent chez Vallourec sur l’administration de SAP, PASàPAS-KPF se voit confier cette primo-externalisation pour le spécialiste des tubes en acier sans soudure.

Une transition qui reste sensible, puisqu’elle induit un changement en profondeur au sein de la DSI. « L’industrialisation de nos processus a permis de remettre en cause les procédures qui avaient cours jusqu’alors. Tout en restant souple, ce qui est essentiel dans un contexte de première externalisation », explique Jérôme Mollier-Pierret, directeur de l’infogérance SAP chez PASàPAS-KPF. Une souplesse que confirme Jean-Luc Bertrand, qui ajoute que le choix du spécialiste des environnements SAP résulte également de la justesse de son approche tarifaire, indispensable dans un groupe qui a fait de l’optimisation des coûts IT une de ses priorités. Pour l’heure, l’externalisation de la gestion de SAP au prestataire est achevée. Celle des infrastructures proprement dites doit suivre.

 

Transformation et migration d’un prototype vers le Cloud en une semaine

En soi, on parle déjà d’une opération très significative compte tenu de la volumétrie en jeu : Vallourec exploite environ 70 instances SAP, servant plusieurs milliers d’utilisateurs. Et l’industriel n’entend pas s’arrêter là et compte sur son prestataire pour transformer en profondeur ses paysages SAP aujourd’hui très hétérogènes. D’où un premier test du Cloud, une corde que PASàPAS-KPF a mise à son arc notamment au travers d’un partenariat avec AWS. « A l’origine, nous voulions avant tout que le prestataire retenu soit en capacité de nous accompagner quel que soit le type d’hébergement. Le Cloud en tant que tel n’est venu que dans un second temps », détaille le responsable des infrastructures.

Un nouveau paramètre dont Vallourec a pu tester la pertinence au travers d’un proof-of-concept (prototype), lancé fin juin 2018. La partie technique du test – la migration du couple OS et base de données pour rendre compatible Cloud un système qui ne l’était pas – a été effectuée en une semaine. Et de façon concluante. « Jusqu’alors, la capacité à mener à bien ce type d’opérations était discutée en interne », relève Jean-Luc Bertrand. Vallourec travaille désormais sur les tests applicatifs de cette migration, notamment l’intégrité des données et les performances.

Si le projet de transformation reste à écrire, le contrat actuel de services managés est, lui, d’ores et déjà prêt pour le Cloud. « Il repose sur des instances associées à des SLA. Que ces instances soient on-premise ou sur le Cloud importe peu. Le contrat est suffisamment souple pour ne pas imposer une renégociation si on modifie l’infrastructure sous-jacente », détaille Jean-Luc Bertrand. Délivré depuis le centre de services de PASàPAS-KPF de Lille , le contrat sait s’adapter au changement des infrastructures donc, mais également aux évolutions de périmètre. « Grâce à des modalités d’unité œuvre, couvrant des actes non référencés au catalogue de services, on peut piloter notre périmètre SAP avec souplesse sans se retrouver prisonnier d’annexes contractuelles, se réjouit le responsable de Vallourec. Et le contrat se montre également très prévisible sur le plan budgétaire, avec des évolutions à la hausse comme à la baisse. »

 

Pour en savoir plus :
Groupe PASàPAS-KPF
www.pasapaskpf.com