Esprit Human First : la cohésion d’équipe chez PASàPAS, témoignage d’Erika

4

Entre le télétravail et la dispersion des équipes sur le territoire national, maintenir une bonne cohésion entre les collaborateurs est un vrai défi du quotidien. Encore plus après les épisodes de confinement qui ont empêché toute possibilité de vivre des moments collectifs forts et fédérateurs. Erika Nogier, directrice des Opérations pour l’activité Conseil et Intégration de PASàPAS, nous explique comment elle relève le challenge de la cohésion à travers des actions spécifiques qu’elle a mis en place au sein de sa Business Unit. 

 

Erika Nogier, directrice des Opérations pour l’activité Conseil et Intégration chez PASàPAS

Pourquoi la cohésion est-elle un enjeu important au sein de votre Business Unit ?

Au sein de ma Business Unit cohabitent des métiers très différents : nous avons à la fois des consultants fonctionnels (finances, logistique, développement SAP…), des directeurs et des chefs de projet, des experts AMOA en conduite du changement, des spécialistes de la transformation RH (Concur, SuccessFactors, SAP HR…).

Certaines équipes sont très autonomes et ne sont pas forcément intégrées dans des projets communs, ce qui leur donne moins l’occasion d’interagir avec les autres. Par ailleurs, les collaborateurs sont répartis sur tout le territoire national et n’ont pas forcément la possibilité de se croiser physiquement. Pour ces différentes raisons, je dois veiller à ce qu’il y ait une bonne cohésion entre nous tous. De plus, l’épisode du Covid a révélé l’importance de se voir pour bien travailler ensemble.

 

 

L’enjeu est-il pour vous de veiller à ce que tout le monde soit bien aligné sur les messages et la stratégie ?

L’enjeu est avant tout de créer du lien entre tous les collaborateurs autour des projets ! Mon objectif est que personne ne se sente seul ou isolé, malgré la distance et le télétravail. Il est important de maintenir l’esprit de solidarité qui est très caractéristique de PASàPAS : chacun doit garder une grande facilité d’accès à l’information et trouver un soutien en cas de besoin, quelle que soit sa question ou sa difficulté.  

Au-delà, la cohésion en interne est le garant du bon service au client. Pour respecter nos engagements sur un projet, nous devons arriver à travailler ensemble malgré la distance. La cohésion est également ce qui permet de garder un bon niveau de confiance entre nous tous. Se voir « en vrai » régulièrement permet de mieux se connaitre et facilite énormément les relations de travail ensuite. Nous nous organisons pour que tous les collaborateurs d’une équipe viennent au bureau le même jour pour passer du temps ensemble et créer des liens.

 

Vous avez décidé de lancer un événement spécifique au niveau de votre BU pour renforcer la cohésion. Quels étaient vos objectifs ?

J’ai en effet pris l’initiative d’organiser une journée avec tous les collaborateurs de ma BU. Les moments de cohésion sont d’autant plus durs à créer que le travail à distance s’est véritablement généralisé. Auparavant, il était plus facile d’organiser spontanément un déjeuner d’équipe.  Aujourd’hui, il faut compenser la distance par encore plus d’organisation.

Cette journée s’est tenue fin mars. Les objectifs étaient multiples :

  • présenter les projets sur lesquels les équipes ont travaillé ces derniers mois,
  • célébrer les réussites pour créer une fierté d’appartenance,
  • permettre les remontées d’informations sur ce qui fonctionne et ce qui fonctionne moins, les points à améliorer…

Les retours d’expérience sont bénéfiques pour avancer collectivement. Echanger sur les réussites comme sur les difficultés des uns et des autres permet de souder les équipes. Chacun peut mesurer à la fois la valeur du travail accompli et le besoin de solidarité entre collègues.

Pour relever le challenge de la cohésion, j’essaie donc de trouver un équilibre entre des actions du quotidien et des évènements exceptionnels.

 

Quelles sont les actions mises en place dans l’entreprise pour maintenir la cohésion ?

PASàPAS a mis en place une organisation interne qui facilite le management de proximité. Chaque manager encadre une équipe de 10 personnes maximum, ce qui lui permet d’assurer des points hebdomadaires avec chaque collaborateur et d’être au courant de chaque situation.

Par ailleurs, l’appartenance à une communauté de compétences facilite l’échange et le partage de savoir-faire. En effet, indépendamment de sa Business Unit, un collaborateur est également rattaché à une communauté de collaborateurs ayant les mêmes compétences que lui (logistique, finance, AMOA, transformation RH, direction de projets, etc.) et à qui il peut se référer s’il a besoin d’un conseil.

L’entreprise organise également des groupes de travail sur des sujets transverses pour réfléchir collectivement à des sujets spécifiques.

Enfin, pour maintenir la cohésion, il est essentiel que chaque collaborateur ait une vision claire de la stratégie et des objectifs de l’entreprise. PASàPAS organise donc chaque mois des “Restons Connectés” : c’est une réunion de 30/45 minutes qui regroupe tous les collaborateurs du Groupe et dont l’objectif est de partager : les résultats, les objectifs court terme, les actualités du Groupe, les succès (nouveaux clients, mise en production réussie chez un client, etc). Cette réunion est très suivie, elle permet à chacun d’avoir la visibilité nécessaire et de travailler dans la même direction.

 

Comment faites-vous pour créer un sentiment de cohésion dès l’arrivée d’un nouveau collaborateur dans l’entreprise ?

Nous avons un système de parrainage qui permet à chaque collaborateur d’être mis en relation avec un parrain ou une marraine dès son arrivée dans l’entreprise. Idéalement, il s’agit de quelqu’un qui occupe la même fonction ou un poste avec des problématiques similaires. Cela lui permet de pouvoir partager ses interrogations et poser ses questions à une personne qui s’est probablement déjà retrouvée dans la même situation que lui, et qui saura ainsi facilement l’orienter. Le nouveau collaborateur passe une semaine d’intégration en présentiel avec son parrain. Nous l’incitons également à venir à Paris, au siège, au moins une fois par mois.

Ensuite, tout au long de sa vie dans l’entreprise, nous faisons en sorte qu’il soit relié avec plusieurs groupes de personne : sa hiérarchie, ses collègues de la BU et sa communauté de compétences. Il a facilement accès à sa hiérarchie puisque le management chez PASàPAS est toujours très accessible.

 

Quels sont les retours des collaborateurs de PASàPAS vis-à-vis de toutes ces initiatives ?

Je pense qu’il y a une solidarité forte entre nous qui se ressent. Les collaborateurs apprécient que la  hiérarchie sache s’engager et soutenir les équipes en cas de problème. Le fait que les managers dans l’entreprise soient de vrais opérationnels qui connaissent le travail est également valorisé par les collaborateurs.

Il y a également des moments festifs très appréciés comme les « Smile On » qui réunissent tous les collaborateurs et notre écosystème de clients et partenaires. Nous avons tous été particulièrement heureux de nous retrouver lors du dernier Smile On en juin, après deux ans d’une situation sanitaire particulière où chacun devait rester chez soi…  Ces temps forts participent profondément à créer de la cohésion au-delà des relations de travail.

 

Découvrez l’Esprit Human First de PASàPAS !