HUMAN FIRST, PASàPAS enfonce le clou

human first

Mettre l’humain au centre de tout. Loin d’être un refrain rabâché chez PASàPAS, c’est plus que jamais une réalité partagée et assumée par tous. Une exigence même, que chaque salarié essaye de relever un peu chaque jour… Une ambition d’autant plus affirmée qu’elle fait dorénavant partie intégrante de la marque PASàPAS, comme en atteste le nouveau logo. Jesus Bérécibar, directeur général et co-fondateur de PASàPAS nous dévoile ce que signifie pour lui « Human First »…

 

• PASàPAS vient de décider de changer de logo pour associer à sa marque la mention « Human First », pourquoi prendre cette décision ?

De cette façon, nous ne faisons qu’affirmer haut et fort ce que nous faisons depuis l’origine : mettre l’humain au centre de tout ! Nous avons décidé de changer notre marque pour que celle-ci reflète le sens que nous souhaitons donner à notre travail, quoi qu’il arrive. Nous faisons ici un pas supplémentaire : en l’affichant, nous devenons redevables de cet engagement vis-à-vis de nos clients, salariés, partenaires… Cela nous oblige à être exemplaire en tout : chaque action chez PASàPAS doit toujours être menée en cohérence avec nos valeurs.

« Human First », c’est un concept plus qu’une valeur. Un concept sur lequel nous sommes sans doute les premiers à avoir misé, non par philanthropie mais parce que nos vies professionnelles et personnelles ne sont qu’unes et qu’il faut les préserver ! Nous avons donc décidé de construire et de gérer notre entreprise en mettant l’humain au centre de toute décision.

Toute l’histoire de PASàPAS prouve que si l’humain est notre priorité, alors tout le reste découle naturellement. L’humain n’est pas un moyen pour booster la croissance et atteindre nos objectifs. L’humain est notre objectif prioritaire. Si nous travaillons avec passion et respect, les relations avec nos partenaires ou clients deviennent fluides car elles se passent dans la confiance. Chacun travaille du mieux qu’il peut et les clients sont fidèles. La croissance est donc la conséquence des valeurs humaines que l’on met en œuvre.

 

• Il y a un an vous avez lancé le projet K9 particulièrement ambitieux en termes de croissance de CA et de nombre de salariés. Aujourd’hui, où en êtes-vous ?

Nous avons réuni tous les salariés du groupe en janvier dernier pour faire le point sur notre ascension du K9 ! A cette occasion, nous avons identifié nos points de réussite sur lesquels nous pouvons être fiers : la fusion réussie avec KPF, la structuration de notre offre en trois grands pôles, le développement d’expertises nouvelles avec la migration vers S/4 Hana de plusieurs de nos clients PME, la progression de nos salariés et de nos résultats…

Nous savons que le K9 reste encore loin devant nous, à 8000 m d’altitude. Il nous donne une direction et nous permet de fixer une ambition partagée par tous. Mais le plus important est avant tout le plaisir que nous prenons à en faire l’ascension ensemble. Si le chemin bifurque un peu et nous mène à côté du sommet, cela importe peu. L’aventure n’en aura été que plus belle !

 

• Comment fait-on pour rester une entreprise humaine dans un contexte de forte croissance et d’éloignement des équipes ?

Il est très facile de fédérer quand on est une entreprise à « taille humaine ». Pour autant, ce n’est pas parce qu’elle grandit qu’une entreprise n’est plus « humaine » ! Pour cela, il nous faut rester fidèle à nos valeurs et adapter nos principes de management.

La confiance, la transparence, le partage d’information, le droit à l’erreur font partie de nos valeurs essentielles. Nous avons décidé d’afficher en lettres capitales de 2 mètres de haut « Human First » dans notre accueil cafétéria. Juste pour que les visiteurs sachent où ils sont arrivés, et que les anciens se souviennent un peu chaque jour que nous devons prendre soin les uns des autres. L’humanité dans l’entreprise ne se vit pas uniquement à travers de grands discours. Elle se prouve chaque jour par des gestes et des attentions simples. Consacrer du temps aux autres est pour moi un des éléments-clé.

Pour favoriser la responsabilisation des collaborateurs et le partage de compétences, nous avons privilégié un management plat, avec trois niveaux hiérarchiques uniquement. Chaque « team leader » encadre 10 salariés et suit une formation au management « maison » pour uniformiser les modes de management entre tous. Des responsables de communautés de compétences sont chargés de stimuler le partage des connaissances entre les consultants afin que tout le monde puisse se former et développer ses compétences. Enfin, il est essentiel que les managers aient bien conscience de leur rôle d’exemplarité. Chez PASàPAS, la règle d’or est la cohérence entre ce qu’on pense, ce qu’on dit et ce qu’on fait !

Le Kick Off annuel bien sûr est un moment fort et fédérateur qui permet à tout le monde de se retrouver. Nous étions cette année plus de 300, seule une quinzaine de collaborateurs n’avait pu être là. La grande majorité d’entre nous est restée jusque tard le soir pour faire la fête…, une de nos meilleures d’après ce que j’ai entendu dire !

 

• Pensez-vous que vos salariés sont heureux chez PAsàPAS ?

Je ne sais pas si on peut dire que le bonheur dans l’entreprise existe. Mais je pense sincèrement que nos collaborateurs ne sont pas malheureux chez PASàPAS ! Nous faisons tout pour qu’ils se sentent du mieux possible.
Un chiffre peut-être pour le prouver : notre taux de démission a été de 4,5% en 2018, plus de 3 à 4 fois inférieur à la moyenne du secteur !

 

• Quelle est votre vision du rôle et de la responsabilité que PASàPAS doit avoir dans la société d’aujourd’hui ? Quelles sont les actions que vous menez en matière de RSE ?

Nous sommes conscients de la nécessité d’ouvrir nos portes sur l’extérieur et de faire des ponts entre nous et la société actuelle. Cette année, nous avons décidé de mettre en place un partenariat avec Emmaus Connect qui agit pour « faire du numérique une chance pour tous ». Pour chaque salarié de PASàPAS qui donne une heure de son temps en formation ou accompagnement pour faciliter l’accès au numérique, la société abonde en dons financiers. C’est un projet dans lequel toute l’entreprise souhaite s’engager.

 

En savoir plus : contact@pasapas.com
PASàPAS-KPF www.pasapas.com