Le management responsabilisant : le nouveau modèle à la mode ?

Hand stopping falling blocks on table

Nous sommes à la croisée des chemins. Le monde évolue, les modèles traditionnels de management sont largement remis en cause. Les entreprises tentent des nouvelles expériences autour du « manager coach », ou de « l’entreprise libérée », qui ne font pas toujours recette…  Sur le modèle des start-ups, de plus en plus d’entreprises s’engagent dans une réflexion autour du management responsabilisant. Tentons de comprendre en quoi le management par la responsabilité, plus qu’une nouvelle mode, peut être une vraie alternative aux nouveaux enjeux des organisations.

 

Qu’est-ce que le management responsabilisant ?

Selon les théoriciens du management en entreprise, un nouveau modèle de management est en train de se construire, appelé management responsabilisant. Il met en jeu des notions d’entrepreneuriat, de coopération et d’auto-organisation. Il prendrait la place du modèle hiérarchique traditionnel, perçu comme un frein à l’innovation et la prise d’initiative. Il viendrait également en alternative aux expériences plus récentes autour du « manager coach » qui sont le plus souvent vécues comme un désengagement du manager face à ses responsabilités et son rôle de dirigeant.

 

Le management responsabilisant prendrait sa source dans trois phénomènes actuels :

  • une vague entrepreneuriale, dans laquelle se reconnaissent les startups du monde entier,
  • la montée d’un style de management qualifié de collaboratif, qui fait appel à des attitudes de coopération au sein des équipes,
  • la tendance à s’organiser en « communautés» dans un système « halocratique » qu’on voit apparaitre dans les entreprises dites « libérées ».

 

Pour comprendre l’idée de management responsabilisant, il faut revenir aux sources de la notion de « l’autorité ». Étymologiquement, autorité veut dire « capacité de faire grandir », contrairement à ce qu’on pense communément : « contraindre » ou « interdire ». Ainsi, être un manager responsabilisant, c’est :

  • d’une part définir pour chaque collaborateur quel est son rôle dans l’entreprise, sa raison d’être, ce qui donne un sens à son travail,
  • et d’autre part, lui accorder toute autorité pour décider librement de ses actions, à l’intérieur du cadre défini.

 

Cela revient à encourager le principe d’autonomie des acteurs, pour libérer les énergies et la prise d’initiative.

 

A quels enjeux répond cette nouvelle approche du management ?

Avec l’accélération du rythme des mutations technologiques, sociales et économiques, les façons de travailler et les attentes des clients changent très vite. Une bonne partie des métiers actuels vont disparaître dans les décennies à venir ou vont être largement modifiés. Les entreprises doivent pouvoir compter sur des collaborateurs impliqués et capables de réinventer en permanence leur façon de travailler. Elles doivent arriver à susciter dans leur organisation un nouveau savoir-être, qui engage chacun des collaborateurs.

 

Le management responsabilisant revient à accorder autant d’importance à la satisfaction des clients qu’à celle des collaborateurs. En accordant plus d’attention à leurs salariés, en créant un cadre de travail qui leur donne de l’autonomie et les responsabilise, dans une ambiance épanouissante et bienveillante, les entreprises s’assurent qu’ils prendront davantage soin des clients !

 

 

 

Quels sont les principes à mettre en œuvre pour devenir une entreprise responsabilisante ?

Créer un climat de confiance, d’autonomie et de transparence, implique de revoir totalement le rôle du manager dans l’entreprise. Pour créer une équipe soudée et engagée, le manager doit abandonner son rôle de contrôle pur, fondé sur son expertise technique. Il doit davantage développer des compétences relationnelles et de savoir-être qui lui permettront d’être le garant de la cohésion du groupe.

 

Quelques principes-clés peuvent aider à impulser un tel changement :

  • Le salarié est le mieux placé pour décider de son activité. Faire confiance à sa capacité à résoudre les problèmes permet de renforcer son sentiment d’appartenance et son implication dans l’entreprise.
  • Le manager est au service de ses équipes pour les aider à penser leur action et à s’organiser. Il ne commande pas à chacun ce qu’il doit faire, mais les laisse s’approprier les sujets.
  • Pour mieux « travailler ensemble », l’entreprise doit réunir ses salariés autour d’un socle commun de valeurs. Ces valeurs devront être partagées entre tous les salariés. Ainsi, il y aura de grandes chances pour que chacun fasse ce qu’il faut pour que son travail serve au mieux le projet commun.
  • Le droit à l’erreur fait partie des principes d’un management responsabilisant. C’est une manière de susciter la créativité et d’accepter de ne pas nécessairement tout savoir pour commencer à agir.
  • Le système de management de l’entreprise doit être moins hiérarchique et reposer sur une organisation en réseau, structurée autour de communautés qui coopèrent.

 

Chez PASàPAS, le management est résolument tourné vers le partage, la bienveillance et la transparence. Notre entreprise place l’humain au cœur de ses priorités. Et ce ne sont pas que des mots. L’un de nos engagements est de donner du sens au travail de nos collaborateurs et de montrer l’exemple. Notre projet d’entreprise « K9 » en est un exemple et constitue une ligne directive, une trajectoire définie par un projet coconstruit entre les managers et les collaborateurs.

 

 

Source : Lionel Bellenger

 

PASàPAS www.pasapas.com

contact@pasapas.com