L’expérience collaborateur : pour un plus fort engagement dans l’entreprise ?

Successful young business team is giving high five

Après l’expérience client, l’expérience collaborateur ! L’idée fait clairement son chemin dans l’entreprise : 74% des professionnels des RH (+7 points en un an) déclarent bien connaitre cette notion selon le baromètre 2019 de Parlons RH. Quel est l’objectif recherché dans cette démarche ? En quoi favorise-t-elle l’engagement des collaborateurs dans l’entreprise ?

Mettre en place une stratégie d’expérience collaborateur vise à se préoccuper des attentes des salariés pour favoriser leur bien-être dans l’entreprise. L’objectif principal recherché est de s’assurer d’une plus grande implication des équipes sur le long terme. Ainsi, le baromètre 2019 de Parlons RH indique que pour 78% des professionnels des RH, l’expérience collaborateur permet un plus fort engagement des salariés dans l’entreprise.

 

 Que peut apporter l’expérience collaborateur à l’entreprise ?

Dans la dynamique de l’expérience client, l’expérience collaborateur consiste à faire en sorte que le salarié vive des moments uniques et de qualité dans l’entreprise. Qu’il en retire un bien-être qui fera de lui un acteur épanoui et impliqué. Cela peut paraitre caricatural et pourtant, tout le monde s’accorde à dire qu’être heureux au travail rend plus productif. Il y a donc un intérêt à court terme pour l’entreprise de se préoccuper du bien-être de ses salariés.

Un autre bénéfice est de faciliter le recrutement et de favoriser la fidélité. Dans le secteur des nouvelles technologies, cet enjeu est clé dans le développement des entreprises. Capter les talents et les garder n’est pas chose simple ! Les entreprises doivent proposer de véritables expériences professionnelles si elles veulent attirer les bons profils. Il faut être en mesure de pouvoir répondre aux questions d’un candidat : à quels moyens, quelles formations, quelle évolution de carrière… je peux prétendre ?

Enfin, l’expérience collaborateur permet d’entretenir une relation de confiance entre les salariés et l’entreprise.  Tous deux passent un contrat moral au moment du recrutement par lequel chacun s’engage à garantir les conditions d’un travail performant et de qualité.  L’expérience collaborateur est la mise en œuvre concrète de ce contrat. En favorisant un cadre de travail épanouissant, l’entreprise tient ses engagements auprès des collaborateurs et renforce ainsi le lien de confiance. Ceux-ci démontrent alors une plus grande motivation au travail, et se positionnent naturellement en ambassadeurs de l’entreprise.

 

L’expérience collaborateur : une réalité moins présente dans les TPE

Si la prise de conscience est bien là, la réalité n’est pas la même selon la taille de l’entreprise.  Au sein des TPE, seuls 62% des responsables de Ressources Humaines connaissent la notion d’expérience collaborateur, contre 81% dans les très grandes entreprises. D’autant plus que ce sont précisément les structures de 1000 salariés et plus qui « tirent » l’augmentation, avec une croissance de 10 à 14 points.

On parle de plus en plus d’expérience collaborateur dans le milieu RH ; pour autant la démarche est encore peu mise en pratique dans les entreprises de petite taille. Peu d’indicateurs existent, peu de politiques globales sont mises en œuvre.

 

Comment mettre en pratique l’expérience collaborateur ?

Les pratiques associées à l’expérience collaborateur sont diverses. Elles concernent la mesure de la qualité de vie au travail, la communication interne, la marque employeur, la gestion de carrière… Elles doivent se préoccuper de tous les aspects de la vie du salarié.

3 étapes sont particulièrement clés dans le parcours d’un collaborateur en entreprise.  

  • Le recrutement : l’expérience collaborateur commence dès l’offre d’emploi ! Les mots utilisés, le lieu de diffusion de l’annonce, tout est porteur de sens. Les entretiens de recrutement, ensuite, sont des occasions pour le candidat de juger s’il va se sentir à l’aise dans cet environnement professionnel.
  • L’intégration : la phase dite d’onboarding doit être bien réussie pour que le collaborateur se sente bien accueilli et ait envie de s’impliquer.
  • Le suivi quotidien : le manager prend ici un rôle important pour écouter les besoins de ses équipes, leur proposer de la formation interne, donner de la vision sur leur évolution de carrière…

 

Il est essentiel que durant ces trois étapes, l’attention soit centrée sur le collaborateur. 

 Pour mesurer l’expérience collaborateur, il est possible de mettre en place un baromètre social. C’est une pratique intéressante pour prendre le pouls de la satisfaction des collaborateurs. Elle est le signe d’une démarche de transparence qui sera appréciée en interne, mais demande à être bien conduite pour apporter de vraies informations exploitables. 

 

Chez PASàPAS, nous essayons de tout mettre en œuvre pour que nos salariés soient heureux au travail ! Cela passe par les petites choses du quotidien, mais surtout par la conviction que l’humain est la valeur principale de notre entreprise. Nous sommes fiers d’avoir été nommés au palmarès des « Great Place to Work » à plusieurs reprises et d’afficher un taux d’absentéisme bien inférieur à la moyenne du secteur.

 

Pour rejoindre un Groupe en pleine croissance, consultez nos offres ou envoyez votre candidature à recrutement@pasapas.com

PASàPAS www.pasapas.com

contact@pasapas.com