Mission Handicap : témoignage d’un collaborateur en situation de handicap et membre du comité de pilotage

Discussion at workplace

La Mission Handicap lancée par PASàPAS au début de l’année 2020 est destinée à sensibiliser les salariés à la question du handicap dans l’entreprise. Un comité de pilotage a été instauré regroupant une dizaine de collaborateurs en prise avec le sujet : RH, direction, team leaders, représentants du personnel…  Parmi eux Loïc Louis, Manager chez PASàPAS, et lui-même en situation de handicap invisible. Loïc témoigne sur le sens de son engagement au sein de la mission Handicap et ce qu’elle peut apporter aux personnes concernées.

 

 

Loïc Louis, Manager chez PASàPAS

Quelle est votre situation personnelle ? Votre histoire par rapport au handicap ?

Je travaille chez PASàPAS depuis 2010. Aujourd’hui, je gère une équipe de 13 consultants sur la partie BI.  De nature très sportif, j’ai toujours eu une bonne santé. Jusqu’au jour où un accident de voiture en 2012 a mis en évidence d’importants problèmes cardiaques. Depuis cette date, je vis avec un pacemaker.

 

 

Au sein de PASàPAS, j’ai immédiatement parlé de la situation avec ma hiérarchie. D’autant plus facilement que je me sentais très en confiance avec mon responsable. De ce fait, je n’ai eu aucune difficulté à aborder le sujet, que ce soit en cas d’absence pour des rendez-vous médicaux, en cas de coups de fatigue, ou autre…. J’ai toujours pu assurer une partie de mon travail à distance, ce qui était préférable pour mon hygiène de vie.

PASàPAS a une vision très humaine de l’entreprise. Cela se matérialise notamment avec la charte Human First. Par rapport à mes éventuelles contraintes, j’ai toujours ressenti un regard très compréhensif. Ce qui fait que je ne ressens en réalité pas mon handicap au quotidien.

 

Pourquoi avez-vous choisi de rejoindre le comité de pilotage de la mission Handicap de PASàPAS ?

Je suis évidemment sensible à cette initiative, et donc naturellement j’ai eu envie de m’y investir. C’est bien que tout le monde en parle ! Il faut développer la transparence sur le sujet, pour que les personnes concernées n’aient pas peur d’en parler. Souvent, elles préfèrent cacher la réalité, pour éviter des répercussions négatives sur leur carrière.

Lorsque Patricia, la référente Handicap chez PASàPAS, m’a proposé de faire partie du comité, j’ai tout de suite accepté. C’est une mission qui me tient à cœur. Si mon expérience personnelle peut aider des personnes à franchir le pas de déclarer leur handicap, alors tant mieux ! Je suis heureux de contribuer à mettre en place les actions nécessaires.

Le comité s’est réuni à deux reprises déjà. Il compte une dizaine de personnes impliquées sur le sujet : les RH, la communication, la direction, des teams leaders, des membres du CE…

 

En quoi la mission Handicap peut faciliter la vie au travail des personnes en situation de handicap ? 

Pour que la vie au travail des personnes handicapées soit facilitée, il faut qu’il y ait une vraie démarche de l’entreprise et pas seulement des actions de communication… Le plus important est de déclencher l’envie d’en parler.

Le handicap invisible par définition ne se voit pas. La mission handicap doit justement toucher les personnes qui sont dans cette situation, pour qu’elles osent s’exprimer. Il faut leur montrer tout ce que cela peut leur apporter concrètement au quotidien, les améliorations dont elles pourraient bénéficier dans leur poste de travail…

 

Qu’est-ce qu’elle vous a apporté à vous personnellement ?

Grâce à la Mission Handicap, j’ai pris conscience de l’importance de demander une reconnaissance de handicap. Avant, je ne savais pas que des aides existaient. J’ai appris que PASàPAS pouvait accompagner les salariés dans leur démarche de déclaration. C’est quelque chose de rassurant qu’il faut faire savoir dans l’entreprise !

Le fait que PASàPAS se mobilise et mette en place des actions de sensibilisation est positif selon moi. Cela permet de décomplexer les personnes concernées, tout en évitant la stigmatisation car les démarches restent confidentielles. Enfin, c’est rassurant également de savoir que sa carrière ne sera pas impactée par sa situation personnelle.

 

Comment envisagez-vous votre rôle au sein de la mission ?

Je vois mon rôle comme une passerelle pour guider les personnes concernées par le handicap vers notre référent et leur donner accès à toutes les aides à disposition. C’est un rôle d’accompagnement. Pour cela, j’ai encore besoin de recevoir une réelle formation sur le sujet. Mais c’est justement la prochaine étape de la mission Handicap !

 

En savoir plus sur la Mission Handicap PASàPAS

 

PASàPAS www.pasapas.com

contact@pasapas.com