Pour mieux servir ses utilisateurs, Sodern migre vers SAP S/4HANA

Space view on Planet Earth and Sun in Universe

Spécialiste de l’instrumentation spatiale, Sodern a décidé d’anticiper la migration vers SAP S/4HANA. Une opération accompagnée par PASàPAS, qui place aujourd’hui l’ETI française en bonne position pour amener de nouvelles capacités à ses utilisateurs métiers.

 

Se replacer au cœur de la roadmap SAP tout en testant les bénéfices des tuiles Fiori pour les métiers. Telles sont les motivations qui ont poussé Sodern, filiale du leader européen de l’espace ArianeGroup, à basculer vers SAP S/4HANA. Un projet stratégique pour cette entreprise de 500 personnes spécialisée dans les viseurs d’étoile et la neutronique, chez qui SAP couvre un grand nombre de processus, de la finance à la comptabilité en passant par la gestion des stocks et de la production. Equipée de ECC 6 sur base Oracle, l’ETI de la région parisienne a migré, en une seule fois, sur SAP S/4HANA et la base de données SAP HANA.

Sollicité lors de l’appel d’offres lancé par Sodern, PASàPAS a finalement été retenu pour ce projet de migration. « Nous travaillons depuis des années avec ce prestataire sur le support de nos environnements SAP et nous apprécions l’expertise de leurs consultants, explique Julien Geeraert, le DSI de l’entreprise de Limeil-Brevannes (Val-de-Marne). Bien sûr que la connaissance de nos environnements était un atout dans leur réponse à notre appel d’offres, mais sans méthodologie de projet pertinente, PASàPAS ne l’aurait pas emporté ».

 

Validation technique puis validation des utilisateurs clefs

Entamé courant 2020 avec la phase de conception/réalisation, le projet a évidemment été percuté par la crise du Covid. Sans conséquence majeure. « Nous avons su avancer sur les différentes étapes à distance quand c’était possible, en coopération avec les équipes de PASàPAS », se remémore le DSI. Par rapport au planning initial, la bascule a été volontairement décalée afin d’ajouter davantage de tests et fiabiliser la mise en production, à la demande des acteurs du SI de Sodern et des utilisateurs clefs. « Sur ce genre de projets, leur implication est capitale », souligne Ghislain Pierre, le responsable SAP de Sodern. La migration proprement dite s’est déroulée sur un week-end, où toutes les opérations techniques ont été concentrées. Après une validation technique par les équipes de la DSI le dimanche soir, une journée de tests approfondis a été organisée pour permettre aux utilisateurs clefs de vérifier que le nouveau système d’information répondait bien à leurs attentes. « Ce lundi-là, en fin d’après-midi, en fonction des retours des utilisateurs, un comité opérationnel avait le pouvoir de décider de la mise en production du système ou d’un éventuel retour arrière », commente Ghislain Pierre.

Pour les équipes de l’ETI, le bilan de la migration est très positif. « Tant en raison de l’implication de notre gouvernance – car ce type de projet ne peut rester cantonné au niveau de la seule direction informatique -, que du déroulé du projet proprement dit, malgré les contraintes nées de la crise du Covid », note le DSI. La migration a également permis à Sodern de parfaire ses jeux de tests de non-régression, minimisant ainsi les modifications post mise en production.

 

La solidarité de l’équipe projet

Pour Julien Geeraert et Ghislain Pierre, outre l’implication de la dizaine d’utilisateurs clefs déjà mentionnée, ce succès repose sur quelques facteurs bien identifiés : « Le travail dans un climat de confiance avec PASàPAS tout d’abord ; l’ensemble de l’équipe projet s’est montrée solidaire, ce qui s’avère essentiel sur ce type d’opérations. Ensuite, nous avons bénéficié de l’expérience des équipes de PASàPAS sur la migration vers SAP S/4HANA, une opération qui demeure complexe. Enfin, nous avons pu nous appuyer sur la solidité de nos tests et de notre phase de recette, car c’est bien la qualité de cette dernière qui permet d’éviter les difficultés une fois le nouveau système en production. » Si PASàPAS a pris en main la majorité des opérations techniques relatives à la migration, l’un des objectifs du projet consistait à donner le maximum d’autonomie aux équipes informatiques de Sodern, qui assurent au quotidien le paramétrage de la solution ainsi que la gestion des infrastructures, hébergées en interne. Un équilibre qui s’est manifesté par un comité de projet bicéphale, permettant chaque semaine de coordonner les équipes de Sodern et celles du prestataire.

Si la migration technique à iso-fonctionnalités est aujourd’hui achevée, l’ETI lorgne désormais vers la mise en place de premières tuiles Fiori, dont le déploiement en production est imminent. « Pour l’instant, nous misons sur des tuiles standards, à 90% tournées vers des fonctions de reporting. Ces tuiles sont actuellement testées par nos utilisateurs clefs, et leurs premiers retours sont très encourageants », reprend Ghislain Pierre. L’autre priorité des équipes SAP de Sodern ? Intégrer les demandes des utilisateurs qui se sont manifestées durant le projet. « Car, durant cette période, nous avons gelé les paramétrages, expose le responsable SAP de la société. Nous avons donc un backlog à reprendre. »

 

Profiter des opportunités offertes par SAP S/4HANA

Ce qui n’empêche pas Sodern de se projeter sur des projets d’avenir. Notamment en étudiant les apports éventuels des nouveaux modules de SAP S/4HANA (comme le module achat) pour remplacer certains développements spécifiques actuellement exploités par les utilisateurs. « Aux métiers d’évaluer ces opportunités et de les intégrer au backlog pour nous permettre de revenir au plus près du standard », résume le DSI, qui estime que la migration place aujourd’hui Sodern sur de bons rails. « Sur l’utilisation de SAP, nous avons pris un peu d’avance sur le marché, dit Julien Geeraert. Cela va nous permettre d’éviter une migration ultérieure forcée et de mieux répondre aux besoins de nos utilisateurs. »

 

PASàPAS www.pasapas.com

contact@pasapas.com