Une SSII aux petits oignons (L’Usine Nouvelle n° 3372)

usine nouvelle

Les salariés des SSII ont souvent des rémunérations moins confortables que les salariés de leurs clients. PasàPas, SSII dans le secteur SAP, a alors imaginé un système de rétribution incitatif et a réduit quasiment à zéro le turn-over.

Article publié le dans L’Usine Nouvelle n° 3372 (par Christophe Bys)

Les entreprises de service numérique (ESN, ex SSII) ont souvent mauvaise presse chez les jeunes ingénieurs, à cause de leurs pratiques RH peu scrupuleuses. Le dernier livre publié sur le sujet par une ancienne du secteur, Anne Scotté, s’intitule même “Bienvenue dans un monde d’esclaves”. Ce n’est pas la conception de Jésus Berecibar, l’un des deux fondateurs et président de Pasàpas. Il préfère comparer son entreprise à un restaurant gastronomique. “Quand on ouvre un restaurant, on embauche les meilleurs professionnels dans la cuisine et en salle pour que les clients soient satisfaits, explique-t-il. Avec mon associé fondateur, nous avons voulu faire de même dans le support informatique.” Pour tenir la promesse, il a développé avec Jeroen Bent un modèle économique original : choisir la qualité au meilleur prix plutôt que de tirer sur tous les coûts. Ensuite, ils ont mis sur pied une politique de rémunération originale, à la fois motivante et favorisant l’esprit d’équipe.

Suite de l’article “Une SSII aux petits oignons” sur www.usinenouvelle.com

> Une SSII SAP aux petits oignons (L’Usine Nouvelle n° 3372)