Etre libre pour garder notre libre arbitre

indépendance financière

Rester un groupe indépendant est un des objectifs-clé de PASàPAS-KPF, situé au cœur de son projet d’entreprise à 2025. C’est même pour Jeroen Bent, co-fondateur du groupe, la condition sine qua non pour grandir sans perdre sa raison d’être. Quelles sont les conditions financières et humaines qui permettront à PASàPAS-KPF à la fois de rester indépendant et d’atteindre ses objectifs de développement ? Jeroen Bent nous livre sa vision de la croissance chez PASàPAS-KPF, qui bouscule bien souvent les idées reçues…

• PASàPAS-KPF souhaite rester un groupe « indépendant économiquement et financièrement ». Pourquoi en faire un élément-clé de votre stratégie de développement ?

L’indépendance, c’est ce qui nous a permis d’arriver là où nous en sommes aujourd’hui, et c’est la condition essentielle qui nous permettra d’atteindre nos objectifs de croissance.

Nos objectifs à 2025 sont assez ambitieux : nous souhaitons accélérer notre croissance, investir à l’international, diversifier notre offre, faire de nouvelles acquisitions… Pour autant, nous ne cherchons pas la croissance quoi qu’il arrive. Nous souhaitons avant tout garder une grande liberté de choix et d’action, afin de pouvoir prendre à chaque instant la bonne décision par rapport à un contexte donné, dans l’intérêt de nos clients et de nos collaborateurs. C’est ce qui nous guide.

Jeroen Bent, co-fondateur du groupe PASàPAS-KPF

Pour conserver ce libre arbitre, il nous faut nécessairement rester un groupe indépendant, afin de ne pas être tenus par des objectifs de croissance à court terme, qui pourraient nous être imposés par des investisseurs. Ainsi, si nous devons investir au détriment de notre rentabilité à un moment donné, je souhaite que nous ayons la liberté de le faire, comme cela a été le cas jusqu’à présent.

 

« Nous voulons développer un groupe indépendant financièrement et économiquement et passer de 6% à 10% de rentabilité dans les 4 à 5 prochaines années. »

 

• Dans un contexte fortement concurrentiel comme le vôtre, comment prévoyez-vous de tenir cet objectif d’indépendance ?

Notre objectif d’indépendance implique trois conditions.
Tout d’abord, c’est notre rentabilité interne qui va nous permettre de ne pas avoir besoin de faire appel à des investisseurs ou des fonds extérieurs pour financer notre croissance organique. Nous souhaitons dans les 4 à 5 prochaines années passer de 6% à 10% de rentabilité.

Ensuite, l’implication de l’actionnariat dans le développement de l’entreprise est essentielle. Chez PASàPAS-KPF, le capital de l’entreprise est détenu à 43% par les collaborateurs et le reste appartient à la direction générale. Tous les actionnaires sont donc impliqués et actifs dans le groupe. C’est un mécanisme essentiel pour pouvoir garder notre indépendance. Nos décisions nous appartiennent.

Enfin, pour nos projets de croissance externe, nous recherchons un partenaire financier minoritaire qui nous apporte du capital, mais sans être partie prenante de la gestion de l’entreprise. Nous avons commencé des discussions avec certaines entreprises et la décision devrait être prise avant la fin de cette année. Nous avons à cœur de trouver le bon partenaire, celui qui partagera notre vision, notre projet, notre façon de travailler…, quelqu’un qui puisse nous accompagner sur le long terme, tout en acceptant de nous faire confiance sur les décisions business.

Ce sont les trois piliers de notre stratégie d’indépendance.

Par ailleurs, quand nous parlons d’indépendance, nous l’entendons également vis-à-vis de nos clients.
Notre plus gros client ne dépasse pas 7% de notre chiffre d’affaire.

 

« Nous voulons garder notre libre arbitre et pouvoir prendre les bonnes décisions, dans l’intérêt de nos clients et de nos collaborateurs. Chez nous, le plus important reste l’humain et pas la croissance. »

 

• Au-delà des exigences financières, rester un groupe indépendant signifie-t-il également partager un certain état d’esprit et certains principes de management interne ?

Chez nous, la croissance n’est pas un objectif en soi. C’est toujours une conséquence de notre positionnement sur nos marchés, de nos offres, de notre sens du service. L’essentiel est de bien servir nos clients, de créer les conditions pour que nos collaborateurs soient satisfaits et fidèles, d’améliorer nos offres en continu par rapport aux besoins du marché, de travailler nos points de différenciation… La croissance n’est que la conséquence de tout cela et ne doit pas devenir un objectif prioritaire. C’est donc ce véritable état d’esprit que nous avons développé depuis la création du groupe.

Si on veut croître, tout en restant indépendant, il nous faut également mettre en application un principe de management fondamental : celui de savoir se rendre « dispensable ». Ce qui peut être vécu comme quelque chose de complétement anti-naturel ! Pour autant, c’est ce que nous souhaitons.Transmettre, partager ses savoir-faire permet à chacun de grandir et de faire grandir le groupe. La confiance et la solidarité qui existent entre les collaborateurs du groupe nous permet de cultiver ce principe essentiel.

Les équipes doivent être expertes et solidaires à la fois. Le manager ne doit pas s’éloigner du terrain et rester en contact avec les opérationnels de nos clients au quotidien. Personne n’est indispensable, mais on a besoin de tous ! Car dispensable ne veut pas dire « ne servir à rien » !

Ce mode de management est très certainement à contre-courant, mais c’est très révélateur de notre façon de travailler chez PASàPAS-KPF. Nous souhaitons changer le regard sur le travail et susciter une culture d’entreprise autour des valeurs de transparence, de modestie, de collaboration, d’exemplarité…

 

A lire aussi :

PASàPAS-KPF: une couverture complète des enjeux SAP

Le Groupe PASàPAS-KPF se donne une forte ambition à l’horizon 2025 : arriver au sommet du K9, son K9, un K9 défini collectivement, fruit d’une vision partagée par les 300 collaborateurs et la direction.

C’est pas la taille qui compte !

« Au-delà de la croissance, notre ambition est d’être une entreprise humaine, quoi qu’il arrive. » Tribune de Jesus Berecibar, dirigeant fondateur du groupe PASàPAS-KPF.

Nous construisons une entreprise où il fait bon manager

Parce que la confiance est le vrai moteur de la motivation, PASàPAS-KPF continue de bâtir une entreprise où les managers savent établir des rapports authentiques et solidaires. ça change tout pour les collaborateurs. Et pour les clients aussi.

 

En savoir plus : contact@pasapaskpf.com
PASàPAS-KPF www.pasapaskpf.com